Actu Région

Impôt à la source, comment ça marche ?

28 septembre 2018 à 11h28 Par Coralie Juret
Fin janvier, l'impôt sur le revenu sera prélevé directement à la source. Est-ce que ça marche, comment ça marche ? Le directeur des Finances publiques en Maine-et-Loire fait le point, quatre mois avant l'application de la réforme.

Dans quatre mois, l'impôt sur le revenu sera prélevé à la source. Un prélèvement automatique selon le taux calculé après votre dernière déclaration en mai dernier (sur les revenus 2017), et transmis à votre employeur, votre caisse de retraite ou Pôle Emploi. L'avantage de ce nouveau système c'est qu'il s'adapte aux revenus perçus en temps réels : ce n'est pas une somme fixe mais bien un pourcentage de votre revenu qui sera prélevé sur douze mois au lieu de dix pour ceux qui étaient déjà mensualisés explique Michel Derrac, directeur des Finances publiques en Maine-et-Loire.

Crédit d'impôt versé à part

De ce système en revanche, sont exclus les crédits d'impôt qui se déduisaient automatiquement de la somme à payer jusqu'à présent, Pas idéal pour ceux qui rémunèrent des salariés à domicile par exemple. Mais pour eux, ainsi que ceux qui font des dons et les bénéficiaires d'un dispositif immobilier type loi Pinel, une avance de 60 % du crédit d'impots 2019, calculée sur la base de la déclaration 2018, sera versée sur leur compte bancaire dès la mi-janvier.

Report pour les emplois à domicile

Et à propos de ces particuliers employeurs qui rémunèrent un jardinier, une femme de ménage ou une assistante maternelle, ils n'auront pas encore à s'arracher les cheveux pour intégrer le prélèvement à la source auxr bulletins de salaire : le dispositif est reporté d'un an pour les emplois à domicile, à 2020 donc pour s'adapter aux spécificités de ces métiers qui ont souvent plusieurs employeurs. Les salariés de particuliers paieront toutefois un impôt cette année, croit savoir Michel Derrac.

Quel taux ?

Pour tous les autres, le prélèvement à la source entre en vigueur sur les bulletins de paie de janvier. Sachez qu'on peut opter pour un taux individualisé en cas de différence importante de revenus au sein du foyer, ou pour un taux neutre, question de confidentialité, mais à charge au salarié de régler la différence en septembre.

Un nouveau dispositif donc, dont les tests ont laissé apparaître de nombreuses erreurs cet été. "Les bugs informatiques ça arrive, ça se corrige immédiatement" tempère Michel Derrac. Le directeur des Finances publiques en Maine-et-Loire se veut rassurant, à l'image de son ministre de tutelle Gérald Darmanin qui assure que les bugs sont "depuis résolus". La fiabilité du système sera soumise à l'épreuve du feu en 2019.